Aller au menu. Aller au contenu.

Nihil addendum
par al.jes

La Terre nous appartient

Mon père me répétait souvent que la Terre ne nous appartient pas, mais qu’elle appartient à notre descendance. Ce pourrait-être une très belle façon de dire que l’axiome de non nuisance 1 s’applique aussi le long de l’axe temporel, mais il n’est pas favorable à un tel axiome… La signification est toute autre.
En fait, mon père disait par là qu’il nous fallait travailler dur pour offrir à notre descendance le meilleur cadre de vie possible, tout en faisant attention à développer pour eux un environnement enviable. Ce qui est tout aussi louable finalement, même si nous avons déduit de cette maxime des enseignement très différents 2.

Mais là n’est pas mon sujet. Si j’ai repris — et déformé — la maxime de mon père, c’est en réalité pour évoquer la mainmise d’une caste de privilégiés sur de nombreux biens communs.
En effet, la clause lockéenne suggère que l’appropriation d’un bien commun par une personne, physique ou morale, ne saurait être possible sans une juste rétribution au profit de l’entière société. Quand l’état se met à accorder des monopoles sur les idées (brevets, marques, droits d’auteurs, à quelques détails — négligeables — près), sur la production d’énergie, sur l’eau, et cetera, il autorise qu’un groupe d’individus puissent profiter d’un bien commun sans en faire profiter le peuple 3. Il y a alors injustice. Il en va de même si c’est une autre société qui s’arroge le monopole sans intervention de l’état, le vol n’en est que plus visible…

À ce titre, aucune terre, source, ressource énergétique ou domaine de compétence ne saurait être propriété — et encore moins monopole — d’une quelconque personne. L’installation privée sur un terrain ne saurait être que tolérée, pourvu qu’il y ai un partage équitable des richesses, une sorte de taxe proportionnelle… C’est là que je vois le dérapage venir. Toute personne me connaissant un tant soit peu me sait viscéralement opposé à ce vol légalisé qu’est l’impôt… Alors quoi, une taxe sans impôt ? Serais-je devenu fou ? Non. Il existe une alternative : au lieu de prendre l’argent, donnons le.
Nouveau dérapage en approche, définissons la monnaie pour l’écarter : la monnaie est un protocole d’échange de valeur, un accord entre individus d’une même zone monétaire. Du coup, nous n’avons pas besoin d’aller « chercher » la monnaie à distribuer ; il suffit de la créer, ex nihilo, à mesure régulière, et de distribuer le surplus 4 : un dividende universel.


  1. L’axiome de non nuisance consiste à admettre pour base sociétale la liberté, c’est à dire la capacité à faire ce que bon nous semble dans la limite de la non nuisance à autrui. Je reviendrai sans doute là dessus dans un autre article, à venir… 

  2. Lui veut toujours plus d’état, dans des domaines où je pense qu’il ne devrait même pas exister, moi souhaite l’avènement de l’axiome de non nuisance, ce qui implique une réduction drastique voire une suppression des états. Il faudrait vraiment que je vous en parle plus longuement… 

  3. Ou alors contre rénumération, alors que c’est eux qui devraient rénumérer le peuple… C’est un peu comme la taxe que réclamment certaines rédactions à Google qui a le toupet de les indexer, leur faisant ainsi profiter d’une audience que les même rédations n’auraient pas sans la firme américaine (et pourtant je n’aime pas cette firme)… 

  4. Certains seront génés par tel ou tel point dans cette approche. Écrivez-moi, je me ferai un plaisir d’en discuter avec vous au travers de prochains articles… Si vous voulez en savoir plus, je ne peux que vous conseiller l’excellente Théorie relative de la monnaie, de Stéphane Laborde. 

Publié le 27.09.2012. Lien permanent. Retourner en haut.

©2012 – al.jes, certains droits réservés
Réagissez ! Écrivez-moi : me @ aljes.me