Aller au menu. Aller au contenu.

Nihil addendum
par al.jes

Après l'écriture sur papier, l'écriture sur dictaphone

J’ai arrêté d’écrire à huit ans. Avec le stylo, l’écriture est comme une pièce de théâtre classique, unique en son lieu, en son temps et en son agent. Je déplace le stylo pour former des lettres, le texte se déroule instantanément sous ma plume, sur la même feuille que parcourt ma main.

À suivre dans Écrire, d’Anthony Nelzin, où ce dernier nous pose, au travers de son expérience, la question de ce que reste l’écriture quand on abandonne peu à peu la cursive pour un clavier de machine à écrire, puis l’encre et le papier pour un moniteur, et enfin, peut-être, nos mains pour notre voix…

Publié le 15.10.2012. Lien permanent. Retourner en haut.

©2012 – al.jes, certains droits réservés
Réagissez ! Écrivez-moi : me @ aljes.me