Aller au menu. Aller au contenu.

Nihil addendum
par al.jes

Politique VS politique

Ah ça ! vous dites-vous, voilà qu’il nous reparle de politique, cela faisait longtemps…

Eh oui, je décèle en vous un penchant pour l’ironie. Sans compter qu’en plus je vais aujourd’hui verser dans le « tous pourris » (enfin, un tout petit peu). Mais d’où nous vient un tel accès de simplisme ?
En fait d’une réflexion sur le sens du mot « politique ». Certains d’entre vous l’auront peut-être noté, je distingue le politique de la politique. Une façon de comprendre un peut mieux cette distinction est de s’intéresser à l’étymologie (oui, encore)…

Le politique, en latin politicus et en grec πολιτικος (politikos), c’est littéralement ce « qui concerne le citoyen, la cité ».
La politique, en latin tardif politice et en grec tardif également πολιτικη (politikè) — sous-entendu πολιτικος τεχνη (politikos technè), signifie en revanche « la science, la technique de ce qui concerne le citoyen, la cité ». Dit comme ça il y a peu de chance que cela fasse tout à fait sens, car beaucoup de temps s’était écoulé entre ces deux mots.

Ainsi, si le πολιτικος avait pu prendre tout son sens lors de l’expérience démocratique athénienne, la πολιτικη n’est apparue que bien plus tard, alors que pour toucher « ce qui concerne le citoyen, la cité », il fallait du pouvoir. De fait, si le politique concerne le citoyen, la politique est en revanche la technique de l’acquisition, de la conservation et de l’usage du pouvoir.

Le politique, c’est ce que vous, moi, chacun fait pour améliorer le sort de ses semblables. La politique, c’est ce qui est décrit par Nicolas Machiavel dans De Principatibus.

Publié le 12.04.2013. Lien permanent. Retourner en haut.

©2012 – al.jes, certains droits réservés
Réagissez ! Écrivez-moi : me @ aljes.me