Aller au menu. Aller au contenu.

Nihil addendum
par al.jes

Dividende universel et travail

L’une des réponses les plus souvent données quand je parle de dividende universel, c’est qu’avec un tel revenu plus personne n’ira travailler et que, par voie de fait, le pays s’effondrera. J’aimerai donc vous poser une question : vous-même, si l’on vous donnait de quoi vivre décemment sans la moindre condition, irez-vous travailler ?
Si vous faites partie de l’infime minorité des personnes qui peuvent se contenter de se tourner les pouces en restant devant leur téléviseur, alors je pense que vous êtes plus à plaindre qu’à montrer du doigt. Quant aux autres, l’immense, l’écrasante majorité, dites-moi : pourquoi faire si peu confiance à vos semblables ?

Le fait est que si vous disposiez de quoi vivre dignement, il ne fait aucun doute que certains d’entre nous ne voudraient plus de leur emploi actuel, purement alimentaire. Certains retourneraient sur les bancs de l’école, pour compléter leurs connaissances et pouvoir ensuite postuler à un emploi plus à leur goût. D’autres choisiraient de consacrer leur vie au bénévolat ou à leur art. D’autres encore, constatant que le flots de chômeurs n’est plus une pression suffisante pour accepter un emploi dans des conditions déplorables, réclameraient un meilleur cadre de travail, un meilleur salaire, une plus grande part dans les décisions de leur entreprise, etc. D’autres enfin profiteraient de la stabilité nouvelle de leur vie pour oser entreprendre. Il y a bien sûr d’autres possibilités encore.
Ainsi le pays ne s’effondrera pas et pourrait même en sortir largement gagnant.

Il reste, me dit-on, une certaine quantité de tâches, ingrates s’il en est, qui ne sont effectuées que parce que l’on a besoin de travailler pour vivre. À cela, mon premier réflexe est de répondre que si le travail est nécessaire pour vivre, alors il est forcé. Un synonyme de « travail forcé » est « esclavage ».
Certes, reprend la petite voix, mais au risque de déplaire ces tâches doivent toujours être effectuées. Voilà qui est fâcheux. Voici la liste de ce qui peut être fait quand on souhaite qu’une tâche soit réalisée :

En résumé, non seulement le dividende universel serait bénéfique pour notre économie, mais en plus il serait bon pour notre bien-être. Qu’attendons-nous ?

Publié le 31.08.2013. Lien permanent. Retourner en haut.

©2012 – al.jes, certains droits réservés
Réagissez ! Écrivez-moi : me @ aljes.me