Aller au menu. Aller au contenu.

Nihil addendum
par al.jes

Non, nous ne sommes pas en démocratie…

δῆμος κράτος /demos kratos/, la souveraineté du peuple. Une démocratie est un régime politique où le peuple écrit et vote ses lois, et non où le peuple choisit tous les cinq ans de nouveaux maîtres. Une démocratie est un peuple sous son propre gouvernement.

Comme vu dans un précédent article, le peuple d’une démocratie est la somme de ses citoyens, à la fois comme ensemble et comme individus. Il faut donc des institutions s’appliquant à l’ensemble du peuple, mais sans outrepasser les droits individuels. Voilà l’une des principales équations à résoudre si l’on veut voir advenir une démocratie. D’aucuns ont pensé établir un contrat social. Le problème de cette approche, c’est qu’elle implique que tous soient d’accord. Sinon, le contrat est nul 1.

Une fois le contrat établit, pourtant, on peut tout faire : assemblées de citoyens, référendums d’initiative populaire… Mais il faut un contrat. Librement établi. C’est là le principal mensonge du contractualisme : faire croire qu’un contrat, même librement et légitimement établi par nos ancêtres, puisse nous imposer sa loi à la naissance. La citoyenneté n’est pas un fait de naissance. La citoyenneté est un choix. Je ne suis pas Français. Vous ne l’êtes pas non plus. Les seuls qui le soient, ce sont ceux qui ont obtenu la nationalité après l’avoir demandée. Point.

Alors quoi, devons-nous quitter le pays ? Non pas : la terre n’appartient à personne et personne ne peut se l’approprier. Personne. Pas un individu, pas un groupe, qu’ils soient deux, dix, mille ou plusieurs millions : personne. Les frontières n’ont pas la moindre valeur.

Le fait est que la nation n’est pas franchement liée à un terroir. Historiquement, sans doute, mais guère plus. Et l’Histoire ne fait pas le Droit. Donc il n’y absolument aucune raison, sinon la volonté des contractant, pour que la citoyenneté soit accordée en raison du lieu de naissance.

De fait, en l’état de Droit, il peut tout à fait y avoir au sein d’une même région, d’une même ville, d’un même quartier, des gens qui ont choisi d’appartenir à différentes nations ; et d’autres encore qui n’appartiennent à aucune. Il faut alors trouver quelque-chose qui dépasse l’idée de nation pour permettre l’avènement d’une véritable démocratie.

Il y a bien une possibilité : la souveraineté individuelle. Dit autrement, l’axiome de non nuisance. C’est pour cela que tout véritable démocrate se doit d’être libertarien. La démocratie, c’est non seulement un régime qui a une origine — le peuple — mais également qui poursuit un but — la liberté.

Alors non, nous ne sommes pas — encore — en démocratie.


  1. « Nul » dans son sens premier : inexistant, zéro, sans valeur ni consistance. 

Publié le 18.09.2013. Lien permanent. Retourner en haut.

©2012 – al.jes, certains droits réservés
Réagissez ! Écrivez-moi : me @ aljes.me