Aller au menu. Aller au contenu.

Nihil addendum
par al.jes

La Seconde moitié de l'échiquier

Il existe une légende à propos du jeu d’échecs. On raconte qu’il fut inventé en des temps immémoriaux par un sage qui décida ensuite de le dédier à son souverain. Celui-ci, flatté, proposa à l’inventeur de choisir sa récompense.

Le sage répondit qu’il ne désirait qu’un peu de riz pour nourrir sa famille. Et puisque c’était pour l’invention du jeu d’échecs qu’il était récompensé, il invita son souverain à utiliser l’échiquier pour décider du montant de la récompense : un grain de riz pour la première case, puis deux pour la seconde, puis quatre pour la troisième, huit pour la quatrième, et ainsi de suite, en doublant le nombre de grains de case en case jusqu’à la soixante-quatrième.

Impressionné par l’apparente modestie du sage, le souverain accepta et demanda à ses serviteurs de commencer à remplir les cases de l’échiquier. Un, puis deux, puis quatre, puis huit, puis seize… la somme grimpa rapidement, et le souverain fut ruiné avant d’atteindre la moitié de l’échiquier. S’il avait été jusqu’au bout, la dernière case aurait à elle seule contenu plus de riz qu’il ne faudrait pour remplir les océans.

Heureusement pour le souverain en question, ceci n’est qu’une fable, et le jeu d’échecs est le produit de modifications successives de jeux qui l’ont précédé : xianqi, shaturanga, shatranj… Mais cette fable a le mérite de nous montrer combien nous avons du mal à envisager les conséquences d’une croissance exponentielle.

Dans The Second Machine Age1, Erik Brynjolfsson et Andrew McAfee se servent de cette fable pour illustrer le rythme auquel se succèdent les inventions depuis la première révolution industrielle. D’après eux, la troisième révolution industrielle que nous vivons ouvre un nouvel âge, celui de la seconde moitié de l’échiquier. De nos jours, on peut rêver sérieusement du jour où les machines développeront une pensée autonome, du jour où l’humanité vaincra la mort, ou de celui où nous essaimerons dans la galaxie. Cela prendra le temps qu’il faudra, mais c’est désormais à notre portée.

Quand on voit comme la première moitié de l’échiquier fut intéressante, j’ai hâte de connaître la suite !


  1. Erik Brynjolfsson, Andrew McAfee, The Second Machine Age, février 2014, W. W. Norton & Company. 

Publié le 20.08.2014. Lien permanent. Retourner en haut.

©2012 – al.jes, certains droits réservés
Réagissez ! Écrivez-moi : me @ aljes.me