Aller au menu. Aller au contenu.

Nihil addendum
par al.jes

L’Encyclopédie

Lorsqu’ils commencèrent leur projet encyclopédique, Diderot et D’Alembert se fixèrent l’ambition de répertorier, en plus des connaissances académiques, de nombreux savoirs manuels, alors dévalorisés. C’est pourquoi ils appelèrent leur projet L’Encyclopédie, littéralement « (faire le) tour du savoir » : regarder autour de soi dans un grand cercle, avant de répertorier l’ensemble des connaissances de l’époque.

Par la suite, de nombreux individus ont repris ce magnifique projet de réunir l’ensemble des savoirs dans un ouvrage, avec plus ou moins de succès. Cependant, la totalité de ces ouvrages n’était rédigée que par des spécialistes reconnus. Or, si le spécialiste d’un sujet (d’autant plus reconnu pour cela) possède à n’en pas douter plus de connaissance que le premier quidam venu sur ledit sujet, il en possède indéniablement moins qu’un grand nombre de personnes (lui inclus) réunies pour rendre compte du même sujet.

Heureusement, Internet arriva et l’un de ses rejetons entreprit de résoudre ce problème : une encyclopédie rédigée par tous, révisable par tous, mise à jour en temps réel. Vous avez reconnu, je crois, la Wikipédia. Malheureusement, la Wikipédia n’est pas exempte de défauts.

Je ne compte pas ici vous dire que n’importe qui peut écrire des bêtises par erreur ou par vandalisme, car c’est en général rapidement corrigé et, quand bien même ça ne le serait pas, il est toujours de bon ton de vérifier ce qu’on lit en multipliant les sources. Je ne compte pas vous dire non plus que certains sujets sont traités de façon lacunaire, car c’est dans la nature même de cette encyclopédie que d’être infinie.

En revanche, certains événements récents m’ont montré la face sombre de l’encyclopédie :

  1. Il n’y a pas de prétention à l’exhaustivité. Bien, puisque le projet est par essence infini. Mais certains en profitent pour supprimer des articles sous prétexte qu’ils ne seraient pas « de nature encyclopédique. » La nature d’une encyclopédie est de traiter de tous les sujets, y compris les plus mineurs ! C’est ce qui a défini le concept !

  2. Pour rapporter d’un sujet donné, la Wikipédia a choisi d’adopter le principe dit de neutralité de point de vue. Ce qui signifie qu’une fois le tour d’un sujet accomplit, on le résume à un point de vue médian plutôt que de rendre compte de leur multiplicité. Encore une fois, ce n’est pas « de nature encyclopédique ».

  3. Par ailleurs, une élite s’est formée sur la Wikipédia. Cette élite ne s’est pas constituée en vertu de la connaissance de certains sujets ou de la capacité à écrire de bons articles, mais en vertu de la connaissance des règles de fonctionnement extrêmement compliquées de la Wikipédia.

La Wikipédia, malgré une promesse formidable et un succès formidable sur de nombreux points, a failli. Elle a failli en temps qu’encyclopédie, mais également dans sa raison d’être : l’horizontalité de son organisation.

Voilà qui est bien dommage, mais je m’en voudrais de rester sur une note si négative. Peut-être est-il tout simplement temps de poursuivre l’aventure, de préparer l’après-Wikipédia.

Publié le 17.10.2014. Lien permanent. Retourner en haut.

©2012 – al.jes, certains droits réservés
Réagissez ! Écrivez-moi : me @ aljes.me