Aller au menu. Aller au contenu.

Nihil addendum
par al.jes

Vivre plusieurs vies

Je pense au temps passé, et une idée me frappe. J’avais déjà exprimé cette idée il y a quelques années, mais elle est retournée nager dans les courants profonds où se plaisent la plupart des idées. Aujourd’hui, comme cela arrive parfois, elle a refait surface.

Cette idée est simple : j’ai vécu plusieurs vies.

Je ne parle pas de réincarnation, bien que je trouve cette autre idée séduisante. Non, je parle de quelque chose d’infiniment plus beau, plus complexe, plus incroyable.

Voyez-vous notre personnalité est définie par la structure de notre cerveau. Au fil des expériences que nous vivons, nos neurones s’interconnectent de nouvelles manières, et notre structure cérébrale évolue imperceptiblement, changeant subtilement ce que nous sommes.

Pour le dire autrement, nous sommes le résultat de notre expérience. Nous apprenons, progressons, au fil de notre vie, si bien que la personne que nous sommes maintenant est très différente de celle que nous étions il y a vingt ans, ou de celle que nous serons dans vingt ans.

Encore heureux. Imaginez un peu la tristesse que ce serait de stagner, pour toujours la même personne, avec les mêmes défauts, les mêmes croyances inutiles, les mêmes faiblesses. Nous grandissons. Nous mûrissons. Nous nous éduquons, du latin ex ducere, ‹ extraire [de l’ignorance] ›.

C’est grâce à ce phénomène que nos cultures sont apparues. Que nous avons commencé à bâtir nos excroissances technologiques. Que nous sommes capables de traverser les océans, de nous élever dans les airs, de communiquer par delà les siècles et les continents…

Souvent, ce changement est lent, imperceptible, évoluant lentement au fil des ans. Nous ne sommes plus qui nous étions il y a un an, mais il y a continuité. Une vie.

Parfois, le changement est bien plus brusque. Brutal. Paradigmatique. Il y a un avant, et un après, et il est impossible d’ignorer ce moment où l’improbable est devenu réel. Ce moment peut être plus ou moins bref, mais le résultat est le même : après un événement donné, nous ne sommes radicalement plus la même personne.

Dans mon cas, j’ai connu un tel moment il y a deux ans, alors que je déménageais en Inde. J’aurais pu continuer à rêver d’un départ prochain, mais j’ai préféré me réveiller, et faire du rêve une réalité. Mon ancien moi est mort dans cet avion, et j’y suis né.

Maintenant, cela fait un peu plus de deux ans que je vis hors de France, et je m’apprête à y retourner, le temps de quelques mois. La nostalgie me prend et, en revenant sur mes pas, je réalise combien j’ai changé. C’est un sacré bout de chemin que j’ai parcouru, et je n’ai qu’une envie : continuer.

Publié le 15.09.2016. Lien permanent. Retourner en haut.

©2012 – al.jes, certains droits réservés
Réagissez ! Écrivez-moi : me @ aljes.me