Aller au menu. Aller au contenu.

Nihil addendum
par al.jes

Toute Critique est positive

On dit parfois que la critique est aisée, tandis que l’art est difficile. Si c’est vrai d’une certaine manière —il est effectivement plus facile de critiquer que de faire—, ça induit une idée à laquelle il s’agit de tordre le cou : la critique est un art qui s’apprend.

Voyez-vous, nous offrons en général une très mauvaise critique. Le résultat est que notre interlocuteur a en général du mal à recevoir la critique, au point que nombre d’entre nous ne distinguons plus la critique de l’attaque !

Pourtant, la distinction est fondamentale : une attaque vise à blesser, tandis qu’une critique vise à aider. Toute critique est constructive. Toute critique est positive. Le problème, disais-je, est que, malgré nos bonnes intentions, nous ne savons pas faire de bonne critique. Aussi, voici trois étapes simples qui devraient nous aider :

  1. Pointer les éléments positifs. Cela permet de montrer à notre interlocuteur que nous ne sommes pas agressifs, et qu’il n’y a pas besoin de prendre une posture défensive. Nous sommes là pour aider.
  2. Passer à la critique elle-même, mais en identifiant clairement les éléments à améliorer. Il s’agit d’être spécifique, que notre interlocuteur sache où porter son attention.
  3. Indiquer une possible solution ou une voie d’amélioration, afin d’encourager tout en confirmant qu’on est là pour aider.

Par exemple, ‹ Il est nul, ton texte… › pourrait devenir ceci : ‹ Le sujet est intéressant, mais ça manque de clarté. Peut-être devrais-tu essayer d’utiliser des phrases plus courtes… › Ça demande un peu plus d’effort de notre part, mais ça donne de bien meilleurs résultats.

Publié le 11.12.2016. Lien permanent. Retourner en haut.

©2012 – al.jes, certains droits réservés
Réagissez ! Écrivez-moi : me @ aljes.me