Aller au menu. Aller au contenu.

Nihil addendum
par al.jes

Nous ne sommes pas égaux

Les hommes naissent et demeurent égaux en droit.

Nous connaissons tous cette citation. Elle nous vient de l’article premier de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789. On l’a tous entendue au moins une fois. À l’école, dans les médias…

Elle est importante, cette citation. Elle répond aux privilèges et autres passe-droits de l’ancien régime, ceux-là mêmes qui furent abolis la nuit du 4 août. C’est la justification première de la Révolution : la mise en place d’un ordre spontané, respectant le droit naturel, dans lequel les seules hiérarchies seraient dictées par le besoin…

Et pourtant… la connaissons-nous vraiment ? Souvent, on l’entend tronquée (nous sommes égaux), ou altérée (nous sommes égaux en droits et en devoirs). Dans un cas comme dans l’autre, je n’ai pas vraiment l’impression d’une volonté malveillante de récupération, mais que notre fameuse citation a tant été répétée qu’elle en fût vidé de tout sens. Dès lors, rien d’étonnant à la voire récupérée, réajustée, en adéquation avec les idées de chacun.

Les uns parlent de droits, au pluriel. Ils ne parlent pas d’un concept, encore moins d’un système abstrait, mais de droits positifs, souvent équilibrés par des devoirs. Ils partent du principe que si ce n’est pas expressément autorisé, alors c’est interdit. À croire que leur vie ne leur appartient pas ! Ils dépendent d’une autorité centrale, supérieure intrinsèquement… Aux antipodes des idéaux révolutionnaires.

Les autres s’éloignent encore plus, s’arrêtant à l’égalité, voulant inventer un Monde nouveau, où la réalité n’aurait pas cours. Pour eux, les humains sont égaux, point. Dès lors, il faut prendre aux uns pour donner aux autres, établir l’Égalité en impératif, établir une autorité centrale, ‹ mal nécessaire ›, au mépris du droit naturel.

Pourtant, cette citation a un sens. Précis. Limpide, pourvu que l’on comprenne le contexte. Le texte est un peu archaïque. En français contemporain, voici ce que ça donnerait :

Les hommes naissent et demeurent égaux devant la loi.

Dit autrement, notre citation ne signifie qu’une chose : on ne veut pas de privilège. Le reste est hors sujet.

Je tiens à insister : si l’on exclut le domaine du droit, nous ne sommes pas égaux. Certains sont grands, d’autres petits. Certains peuvent manger ce qu’ils veulent, d’autres grossissent malgré un régime sain et équilibré. Certains ont une prédisposition pour certaines maladies, d’autres sont protégés par leur patrimoine génétique. Certains naissent dans des pays développés, d’autres dans des lieux où tout est à construire. Certains viennent d’une famille riche, d’autres d’un milieu ouvrier. C’est ainsi que va le monde.

D’une part, il serait illusoire de vouloir changer cet état de fait. On peut se changer soi-même, espérant que d’autres suivent notre exemple, mais on ne peut pas changer les autres contre leur volonté. Encore moins la réalité.

D’autre part, et c’est le plus important, cette diversité est l’un des points positifs du monde dans lequel on vit. Oui, la nature n’est pas toujours juste. Cela dit, elle ne cherche pas à l’être. La nature fonctionne par essais et erreurs. Une infinité d’essais, tous plus ou moins aléatoires, tous soumis à la sélection naturelle. On tente des choses, et tant mieux si ça marche. Si on échoue, on apprend, et on tente autre chose.

En tant qu’individus, ça peut être douloureux à entendre. Surtout quand on a l’impression de faire partie des ‹ échecs › de la nature… C’est se donner trop d’importance. La sélection fonctionne à l’échelle génétique, et nous ne sommes que porteurs de ces gènes. Dès lors, la diversité dont je parlais plus tôt est une chance énorme pour notre espèce : en multipliant les perspectives, on a plus de chances d’apprendre et d’améliorer le sort de nos semblables.

Que les choses soient claires. Devant un juge, tous doivent être traités à égalité. C’est à partir de telles fondations que chacun peut exprimer son plein potentiel.

Au-delà du droit, nous ne sommes pas égaux.

Et c’est tant mieux.

Publié le 21.01.2017. Lien permanent. Retourner en haut.

©2012 – al.jes, certains droits réservés
Réagissez ! Écrivez-moi : me @ aljes.me